BĂ©atrice Comte

beatrice_comteTexte de BĂ©atrice Comte

Journaliste, critique d’art

“Portes toujours ouvertes sur d’autres portes, les tableaux d’Alain Husson-Dumoutier ne donnent jamais entièrement accès Ă  leur cĹ“ur mystĂ©rieux. Si leur frĂ©quentation laisse vibrer la musique des sphères et les secrètes harmoniques de l’univers, elle fait aussi redouter que la renaissance oublie de succĂ©der Ă  la disparition. Les carrĂ©s en abyme jouent dans les compositions un rĂ´le de structuration axiale, mais font deviner Ă  la contemplation attentive d’invisibles cercles matriciels. Les signes apparents – un visage esquissĂ©, une pyramide – y recouvrent des signes cachĂ©s. L’artiste se voit d’ailleurs comme le passeur inspirĂ© par une symbolique multimillĂ©naire aux significations oubliĂ©es, et Ĺ“uvre dans un monde imaginal, situĂ© Ă  la croisĂ©e du sensible et de l’intelligible.

On vit sans lassitude avec les tableaux d’Alain Husson-Dumoutier : reprĂ©sentations abstraites et sensuelles, ils n’imposent pas de choisir entre les sens et le sens. Ils portent Ă  une mĂ©ditation sans mĂ©lancolie, mais se laissent sans protester admirer pour le simple plaisir. Nerval affirmait que ses sonnets Les Chimères perdraient de leur charme Ă  ĂŞtre expliquĂ©s… On risque souvent de tuer une Ĺ“uvre Ă  trop la vouloir dĂ©crypter : laissons-nous envahir par les secrets irradiants qui nous sont ici Ă  demi rĂ©vĂ©lĂ©s.”